fbpx
HomeACTUUn député australien compare le développement de la Chine à celui des Nazis

Un député australien compare le développement de la Chine à celui des Nazis

“La façon dont le monde se contient face au développement de la Chine ressemble à “l’erreur catastrophique” faite face à l’avancé du nazisme en Allemagne par la France”, a alarmé le président du Comité mixte sur le renseignement et la sécurité, Andrew Hastie.

Il a ajouté que la souveraineté et les libertés du pays pouvaient être menacées par Beijing, aussi bien que celles de la France lorsqu’elle a été envahie par les Allemands au début de la seconde guerre mondiale. “Comme les Français, l’Australie n’a pas vu à quel point notre voisin autoritaire est devenu mobile, a-t-il écrit dans le Sydney Morning Herald. La prochaine décennie sera le test de nos valeurs démocratiques, de notre économie, de nos alliances et de notre sécurité comme jamais il n’a été le cas dans l’histoire de l’Australie”.

Le député fédéral de Canning a renchéri en disant que son pays n’avait pas reconnu le rôle de l’idéologie communiste dans la frénésie de construction d’infrastructures de la Chine dans la région Asie-Pacifique, tout comme les pays occidentaux n’avaient pas compris les motivations de Joseph Staline, ancien dictateur de l’URSS.

Le Premier ministre Scott Morrison a déclaré que les remarques d’Andrew Hastie n’engageait pas le gouvernement mais qu’il avait “tout à fait le droit d’exprimer son point de vue”. “Nous cherchons à travailler en étroite collaboration avec [la Chine], de la même manière que nous le faisons avec tous les habitants de la région “, a-t-il déclaré aux journalistes de Townsville.

L’ambassade de Chine en Australie a déclaré que Hastie avait révélé “sa mentalité de guerre froide et son parti pris idéologique” et était “préjudiciable aux relations entre la Chine et l’Australie”. “L’Histoire a prouvé et continuera de prouver que le développement pacifique de la Chine est une opportunité et pas une menace pour le monde, a annoncé le porte-parole de l’ambassade dans un communiqué. Nous demandons à certains politiques australiens d’enlever leurs œillères et de considérer la voie du développement de la Chine d’une manière objective et rationnelle”.

L’Australie a tenu à maintenir son alliance de sécurité avec les États-Unis tout en préservant ses relations avec son principal partenaire commercial, la Chine. Un équilibre de plus en plus délicat alors que Washington et Beijing se disputent l’influence dans la région Asie-Pacifique.

Bien que Canberra s’efforce depuis longtemps d’éviter de mettre Pékin en colère, la relation est devenue tendue par les récents affrontements sur les droits de l’homme et la décision de l’Australie d’interdire le géant technologique chinois Huawei de son réseau 5G pour des raisons de sécurité.

Source : AFP.


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: