fbpx
HomeACTUUn écrivain australien jugé en Chine dit avoir été “torturé” en détention

Un écrivain australien jugé en Chine dit avoir été “torturé” en détention

Un universitaire australien jugé en Chine pour espionnage a indiqué avoir été torturé en détention et ne toujours pas savoir pour quel pays il est accusé d’espionnage, dans un message parvenu à ses soutiens.

Yang Jun, né en Chine, a déclaré avoir été maltraité alors qu’il était détenu dans un lieu secret, après avoir été placé en détention il y a plus de deux ans.

“Les six premiers mois (…) ont été une période vraiment difficile. Ils m’ont torturé”, a-t-il déclaré dans ce message vu par l’AFP. “J’ai été détenu dans un endroit pire que la prison depuis plus de deux ans”.

Le procès de cet universitaire de 56 ans s’est ouvert à huis clos jeudi, l’ambassadeur australien à Pékin n’étant pas autorisé à y assister.

M. Yang a déclaré qu’il ne pouvait manger qu’avec deux dents en raison de problèmes dentaires, et qu’il était “fatigué et confus” pendant l’audience de jeudi, au cours de laquelle il “n’avait pas eu l’énergie suffisante pour parler comme il faut”.

“Je n’ai parlé que pendant trois à cinq minutes. Ma propre défense n’était pas très bonne”, a-t-il dit.

Il a insisté sur le fait qu’il était à “100% innocent” et a déclaré qu’il avait essayé en vain que les enregistrements de son interrogatoire ne soient pas pris en compte.

“C’est illégal. De la torture”, a-t-il dit, accusant les autorités d’utiliser une “caméra cachée”. “Les interrogatoires auxquels j’ai été soumis, où l’on m’a dit que je devais avouer […] Peut-être que quelqu’un se vengeait de moi”.

M. Yang a également indiqué qu’il n’avait pas réussi à obtenir l’autorisation de présenter des preuves et d’appeler des témoins pour sa défense.

Pékin a déclaré que le procès pouvait légalement se tenir à huis clos parce qu’il portait sur des “secrets d’État”, et a critiqué l’Australie pour son “ingérence”, à un moment où les relations entre les deux pays se détériorent.

Yang Jun, qui se présente également sous le nom de plume de Yang Hengjun, a également déclaré qu’il ne savait toujours pas clairement pour qui il était accusé d’espionnage.

“Il s’agit d’accusations d’espionnage. Mais pour qui ai-je travaillé? (…) Je n’ai pas travaillé pour l’Australie ou les États-Unis”, a-t-il déclaré. “J’écris seulement pour les gens. J’écris pour l’État de droit, la démocratie et la liberté.”

Yang Jun aurait autrefois travaillé pour le ministère chinois des Affaires étrangères dans la province de Hainan, bien que cela ait été démenti par Pékin.

Il aurait quitté la Chine continentale pour Hong Kong en 1992, avant de se rendre aux États-Unis cinq ans plus tard, où il a travaillé pour le groupe de réflexion Atlantic Council.

Il a ensuite pris la nationalité australienne et écrit une série de romans d’espionnage ainsi qu’un blog populaire en langue chinoise.

Share With: