fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUUne école de Sydney apprend à ses élèves le Wiradjuri

Une école de Sydney apprend à ses élèves le Wiradjuri

franckprovost

Sept étages au-dessus des rues animées de la ville, les élèves du primaire de la St Andrew’s Cathedral School apprennent le wiradjuri. L’école anglicane privée a mis en place un programme spécifique destiné aux élèves des écoles primaires des aborigènes et des insulaires du détroit de Torres, appelé Gawura. Ses 32 élèves commencent les cours de wiradjuri à la maternelle.

Kayliah Keegan, élève de 6e année à Gawura, explique que les cours ont permis d’améliorer ses compétences linguistiques.

« Ma famille parle Wiradjuri et je veux apprendre à parler Wiradjuri afin de pouvoir parler avec eux », a déclaré Kayliah à NITV News. « Je parle Wiradjuri parfois, à la maison, avec ma mère. Quand je suis à Coonabarabran, dans la brousse, je parle à ma famille en Wiradjuri aussi. »

John Ralph, directeur de l’école de Gawura, a déclaré que lorsque l’école se trouvait sur les terres de Gadigal, de nombreux élèves étaient des Wiradjuri. Les leçons de langue sont données par Peta-Joy Williams, femme de Wiradjuri. Elle affirme que les enfants sont très intéressés par les leçons. 

Elle dit que beaucoup de langues autochtones sont parlées dans le même ton que l’environnement dans lequel elle est pratiquée, ce qui rend les dialectes très spécifiques. « Si la région était plate, elle serait parlée de manière monotone, alors que si une région était vallonnée ou montagneuse, la langue allait de bas en haut », a déclaré Mme Williams. « Donc, selon votre origine, les tonalités de langue seraient différentes. »

Ainsi, Mme Williams pense que l’enseignement d’une langue dès le plus jeune âge donne à l’enfant une meilleure occasion de retenir les mots et d’adopter le vocabulaire comme langue seconde.

Source : SBS

——————————————

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
franckprovost
Share With: