fbpx
HomeACTUUne enquête révèle pourquoi les Australiens ne se font pas vacciner

Une enquête révèle pourquoi les Australiens ne se font pas vacciner

Les Australiens doivent se faire vacciner pour revenir à une vie normale, mais une nouvelle enquête montre pourquoi beaucoup ne le reçoivent pas alors qu’ils sont éligibles.

De nouveaux chiffres de l’enquête sur les impacts sur les ménages du COVID-19 du Bureau australien des statistiques donnent un aperçu des raisons pour lesquelles certaines personnes ne se font pas vacciner même si elles sont éligibles pour le faire.

Parmi les personnes interrogées entre le 11 et le 20 juin, environ 33% des personnes âgées de 18 ans et plus ont déclaré avoir déjà reçu au moins une dose de vaccin.  Parmi ceux qui ont été vaccinés, 75 pour cent n’ont cité aucun facteur ayant eu un impact sur leur capacité à recevoir le vaccin. Environ 8 pour cent ont dit que le temps d’attente était trop long.

Mais parmi ceux qui n’étaient pas vaccinés, 45% ont mentionné au moins un ou plusieurs facteurs qui avaient eu ou auraient un impact sur leur capacité à se faire vacciner.

Environ 15% des personnes non encore vaccinées ont déclaré qu’elles souhaitaient un vaccin différent de celui qui leur était disponible, indiquant qu’une proportion importante de personnes pourraient éviter le vaccin AstraZeneca et attendre Pfizer à la place.

Le vaccin AstraZeneca est actuellement disponible pour tous les Australiens mais n’est recommandé que pour les plus de 60 ans. Les personnes âgées de 40 à 59 ans sont éligibles à Pfizer, mais celles de moins de 40 ans n’y ont pas encore accès et ne peuvent obtenir AZ qu’à condition de comprendre les risques liés aux caillots sanguins.

Les temps d’attente semblent également avoir un effet dissuasif, 11 % d’entre eux affirmant qu’il a fallu trop de temps pour obtenir un rendez-vous, tandis que 7 % ont déclaré que les temps d’attente à la clinique étaient trop longs.

Environ 7 pour cent ont déclaré que les heures d’ouverture n’étaient pas pratiques.

 

Parmi ceux qui avaient déjà été vaccinés,

78% ont déclaré qu’au moins une de leurs motivations était d’éviter de contracter ou de ressentir des symptômes graves de Covid-19.

Environ 20% ont déclaré avoir de la famille ou des amis vulnérables au Covid et 24% ont déclaré vouloir voyager.

Une majorité écrasante de 90 pour cent ont déclaré qu’il était très ou modérément facile de se faire vacciner.

La volonté de se faire vacciner rebondit

Fait encourageant, l’enquête a montré une reprise de la proportion de personnes disposées à se faire vacciner.

Il a révélé que 73 pour cent étaient d’accord ou tout à fait d’accord pour dire qu’ils se feraient vacciner lorsqu’il serait disponible et recommandé pour eux.

Il s’agit d’une augmentation par rapport aux résultats de mai (68 %) et est similaire aux résultats de décembre et février, lorsque l’accord était à son plus haut niveau (73 %).

Environ 11 pour cent étaient en désaccord ou fortement en désaccord, ce qui était similaire au nombre de 13 pour cent en mai.

Share With: