fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUUne « fausse victime » des attentats du 13 novembre jugée pour escroquerie

Une « fausse victime » des attentats du 13 novembre jugée pour escroquerie

tfm

Elle s’était fait passer pour une victime des attentats parisiens du 13 novembre 2015 auprès de plusieurs organismes: une jeune mère de famille comparaît en correctionnelle lundi pour « faux » et « tentative d’escroquerie ».

La jeune femme âgée de 24 ans s’était présentée le 22 décembre 2015 au commissariat des Mureaux (Yvelines) pour porter plainte, prétendant faire partie des victimes d’une des attaques qui avaient frappé la capitale.

Aux enquêteurs de la police judiciaire qui l’interrogent le 31 décembre, elle indique avoir été présente au bar Le Carillon, dont la terrasse a été l’une des cibles des assaillants.

Elle se dit « gravement blessée à un bras » et porte d’ailleurs un bras en écharpe, présente des certificats médicaux montrant qu’elle doit subir une greffe de peau, produit une photo de son bras prétendument blessé et ajoute qu’elle a perdu ce soir-là téléphone, carte bleue et autres effets personnels.

Mais la jeune femme prétend « avoir été soufflée par une explosion », alors que la terrasse du Carillon a été attaquée au fusil d’assaut.

Les enquêteurs de la PJ versaillaise se mettent alors en relation avec la Sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (SDAT) qui ne tarde pas à souligner de nombreuses « incohérences » dans le récit de la jeune femme, ainsi que dans les pièces produites.

Le médecin prétendument à l’origine de son certificat médical ne l’a en réalité jamais reçue. Le nom de la jeune femme ne figure sur aucune liste de victimes admises à l’hôpital le soir du drame. Et la photo de bras blessé est retrouvée sur internet, mais il ne s’agit pas du sien.

Grâce à de fausses déclarations, elle a tenté de duper le Fonds de garantie des victimes d’actes de terrorisme et d’autres infractions (FGTI), ainsi que la Maison départementale de l’autonomie, qui aide les personnes handicapées.

Brièvement placée en garde à vue en février, alors qu’elle était enceinte de six mois, la jeune femme a reconnu les faits en garde à vue.

Tout comme elle a « globalement reconnu les infractions qui lui sont reprochées » dans une affaire d’exercice illégal de la pharmacie, pour laquelle elle est aussi jugée lundi, a résumé la présidente du tribunal en traitant cette affaire en premier.

Le parquet a requis deux ans de prison ferme dans ce volet, invoquant la récidive légale de la jeune femme, déjà condamnée pour des faits de dénonciation mensongère, conduite sans permis, vol et escroquerie.

« C’est très grave ce que j’ai fait », a reconnu, des sanglots dans la voix, la prévenue en admettant faire des « bêtises » depuis ses 17 ans. « Mais c’est un problème d’argent. Je suis suivie par un psy », a-t-elle argué, après être apparue pleine d’aplomb au début de l’audience.

Son mari, chauffeur à la RATP, est lui aussi jugé dans ce cadre pour faux, fausse déclaration et recel de bien obtenu à l’aide d’une escroquerie. Huit mois ferme ont été requis à son encontre.

Les délibérés dans les deux affaires sont attendus dans la soirée, a précisé la présidente.

 

AFP

Comments
franckprovost
Share With: