fbpx
HomeACTUMONDEUne prison attaquée aux Philippines, plus de 150 détenus s’évadent

Une prison attaquée aux Philippines, plus de 150 détenus s’évadent

This page/article is also available in: enEnglish

Plus de 150 détenus se sont évadés dans la nuit d’une prison du sud des Philippines attaquée par des dizaines de combattants islamistes présumés, ont annoncé mercredi les autorités.

Cet audacieuse attaque a été menée vers 1H00 (17H00 GMT mercredi) par une centaine d’hommes armés contre la prison de Kidapawan, localité à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Davao, principale ville de l’île méridionale de Mindanao.

Les combats ont fait rage pendant deux heures autour du centre de détention, dont un gardien a péri.

“Ils cherchaient à libérer leurs camarades en détention”, a déclaré à la chaîne ABS-CBN un des surveillants, Peter John Bonggat, précisant que les gardiens étaient en nette infériorité numérique face aux assaillants.

Cette attaque a été menée par une faction dissidente du Front Moro islamique de libération (Milf), a-t-il dit en référence au plus important mouvement armé islamiste du pays, avec lequel le gouvernement a lancé des négociations de paix.

Au moins 158 détenus ont profité du chaos pour s’évader, a déclaré le surveillant à l’AFP. On ignore combien de prisonniers étaient liés aux combattants qui ont attaqué cette prison.

Ce centre de détention est une ancienne école décrépie située dans une zone forestière retirée. Il abritait 1.511 détenus avant l’attaque.

“Les autres détenus ont saisi leur chance en raison de l’importance de la fusillade. Ils ont utilisé leurs lits, les ont empilés pour pouvoir s’enfuir”, a-t-il poursuivi.

De nombreux gangs criminels et mouvements rebelles -islamistes ou communistes- opèrent dans le secteur de Kidapawan.

Une vaste chasse à l’homme était en cours mercredi. Les autorités locales affirment que six évadés ont été abattus.

Von al-Haq, porte-parole du Milf, a dit qu’il ne connaissait pas l’identité des activistes qui ont attaqué la prison.

Le Milf, qui compte 10.000 combattants, observe actuellement un cessez-le-feu.

L’île de Mindanao est depuis des décennies le théâtre de rébellions islamistes armées. Certains groupes insurgés ont prêté allégeance à l’organisation jihadiste Etat islamique (EI).

En août, des combattants du groupe Maute avaient lancé une audacieuse attaque contre une autre prison du Sud, libérant huit de leurs membres. Quinze autres détenus en avaient profité pour se faire la belle.

 

AFP

This page/article is also available in: enEnglish

Share With: