fbpx
HomeACTUUne proposition de loi pour dépénaliser l’avortement en NSW

Une proposition de loi pour dépénaliser l’avortement en NSW

Le parlement de Nouvelle-Galles du Sud devrait examiner cette semaine une nouvelle proposition de loi visant à dépénaliser l’avortement et à créer des zones de protection autour des cliniques concernées.

En Nouvelle-Galles du Sud, pratiquer un avortement est un délit passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison ; aider quelqu’un à avorter est également puni par la loi, jusqu’à 5 ans d’emprisonnement. Beaucoup de médecins refusent donc de prendre ce risque.

Une législation ambiguë

Une interprétation de la loi par un tribunal de Nouvelle-Galles du Sud, datant de 1971 et connue sous le nom de décision Levine, permet cependant de pratiquer légalement des avortements dans certaines circonstances. Les médecins peuvent l’autoriser lorsqu’ils estiment que la santé physique ou mentale de leur patiente est en danger — en prenant en considération des facteurs sociaux, économiques ou médicaux.

L’ambiguïté de la législation sur l’avortement met les femmes et les médecins dans des situations très compliquées et risquées, estime Mehreen Faruqi, élue du groupe écologiste au Parlement et qui est à l’origine du nouveau projet de loi. Outre la légalisation de l’avortement, celle-ci prévoit d’établir une zone de protection de 150m autour des cliniques où ces actes seraient pratiqués, afin de protéger la vie privée des femmes et d’éviter qu’elles soient harcelées par des militants.

Cette proposition de loi est soutenue par des experts médicaux, légaux et de nombreuses associations de défense des droits de l’homme. Mais l’Eglise catholique, par la voix de l’archevêque de Sydney Anthony Fisher, s’y oppose farouchement et a appelé les catholiques à signer une pétition adressée aux parlementaires de l’état.

Sur le Territoire de la Capitale Australienne, en Tasmanie et dans le Victoria, l’avortement a été légalisé. Dans le Queensland en revanche, malgré une tentative en début d’année, la loi n’a pas encore été modifiée et l’avortement reste illégal.

Selon les chiffres, une Australienne sur trois aurait recours à l’avortement au cours de sa vie.

Source: theguardian.com

Share With: