fbpx
HomeACTUVaccins: l’UE prolonge son contrôle des exportations jusqu’à fin décembre

Vaccins: l’UE prolonge son contrôle des exportations jusqu’à fin décembre

Bruxelles va prolonger jusqu’à fin décembre son mécanisme de contrôle des exportations de vaccins anti-Covid produits dans l’UE, afin de garantir les approvisionnements des Vingt-Sept face aux “incertitudes” alimentées par l’émergence de nouveaux variants, a annoncé jeudi la Commission européenne.

L’exécutif européen avait mis en place fin janvier un mécanisme d’autorisation des exportations de vaccins, pour contrôler les échanges vers les pays où la situation sanitaire était jugée meilleure qu’en Europe, et surveiller en particulier les acheminements du laboratoire AstraZeneca, accusé de ne pas honorer ses commandes aux Vingt-Sept au profit d’autres pays.

Ce qui n’a pas empêché l’UE d’exporter près de 740 millions de doses depuis cette date.

Si les campagnes de vaccinations à travers l’UE se sont accélérées au fil des mois, “elles sont toujours en cours, et des incertitudes persistent, en particulier avec l’émergence de nouveaux variants du virus”, a observé la Commission dans un communiqué.

“Il est donc nécessaire de maintenir la transparence”, et le mécanisme de contrôle, validé jusqu’à fin septembre, sera prolongé jusqu’au 31 décembre. Aucune extension n’est prévue au-delà de cette date.

En pratique, ce mécanisme oblige, avant toute exportation de vaccins hors UE par un laboratoire, à obtenir le feu vert de l’Etat membre d’où sont expédiées les doses. Cette décision doit ensuite être confirmée par la Commission.

Pour autant, entre fin janvier et le 28 septembre, les Vingt-Sept ont approuvé plus de 2.600 demandes d’exportations, pour 738 millions de doses au total, à destination de 56 pays et territoires (Royaume-Uni, Australie, Etats-Unis, Chili, Canada, Israël, Japon, Turquie…), selon la Commission.

Sur cette période, une seule demande d’exportation –d’AstraZeneca à destination de l’Australie– a été rejetée.

“Sur les trois prochains mois, la Commission travaillera sur l’établissement d’un nouveau mécanisme de surveillance, qui fournira des informations actualisées sur les exportations après l’expiration du mécanisme actuel au 1er janvier 2022”, mais sans passer par des contraintes de demandes d’autorisation, souligne le communiqué.

Plusieurs puissances (Etats-Unis, Inde, Afrique du Sud…), à l’unisson d’ONG, réclament une levée temporaire des brevets protégeant les vaccins afin de développer leur production, mais Bruxelles s’y refuse, préférant gonfler la participation européenne au mécanisme onusien de solidarité Covax.

“L’UE continue de souscrire entièrement aux principes de solidarité internationale et de responsabilité”, a indiqué la Commission jeudi, rappelant que le contrôle ne s’appliquait pas aux exportations de vaccins vers les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Share With: