fbpx
HomeACTUVins : l’Australie demande à l’OMC d’intervenir contre les droits de douane chinois

Vins : l’Australie demande à l’OMC d’intervenir contre les droits de douane chinois

This article is also available in: enEnglish

L’Australie a demandé à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) d’intervenir contre les droits de douane imposés par Pékin sur les vins australiens, après l’échec d’une négociation directe avec la Chine, a annoncé jeudi le gouvernement australien.

L’Australie avait porté plainte en juin contre la Chine auprès de l’OMC, pour tenter de lever ces barrières douanières qui ont quasiment fermé le plus important marché à l’exportation pour les vins australiens.

“Nous continuons à défendre les droits des exportateurs australiens”, a déclaré le ministre du Commerce Dan Tehan, lors de l’annonce de la décision.

La mise en place de ces droits de douane ont quasiment réduit à néant les ventes de vins australiens en Chine, qui représentent environ 1,1 milliard de dollars australiens (840 millions de dollars américains), d’après les chiffes officiels.

“L’Australie demeure prête à résoudre ce dossier par une négociation directe avec la Chine”, a toutefois assuré M. Tehan.

L’Australie a déjà porté plainte contre la Chine auprès de l’OMC pour des droits de douane sur ses exportations d’orge et conteste les sanctions prises contre toute une série d’autres produits. Canberra estime que ces sanctions relèvent d’une forme de “coercition économique”.

Beaucoup en Australie estiment qu’il s’agit avant tout de représailles contre le refus des investissements chinois dans des secteurs jugés stratégiques et contre les appels de l’Australie à une enquête sur les origines de l’épidémie de coronavirus, qui a débuté en Chine fin 2019.

La Chine, pour sa part, a également porté plainte auprès de l’OMC contre des droits de douane mis en place par l’Australie contre certains produits, parmi lesquels les roues de trains, les éoliennes, ou les éviers en acier inoxydable.

Cette décision intervient alors que l’Ausralie vient d’annoncer son intention d’acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire et des missiles de croisière américains, une décision vue comme un moyen de contrer la pression militaire chinoise.

Cette décision a également provoqué la rupture d’un gigantesque contrat de fourniture de sous-marins français à l’Australie.

This article is also available in: enEnglish

Share With:
Tags