fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUVote du Comité Olympique ce mercredi: JO-2032: Brisbane dans les starting-blocks

Vote du Comité Olympique ce mercredi: JO-2032: Brisbane dans les starting-blocks

Opposition des populations locales, dépassement de budgets pharaoniques ou encore chaos lié à la pandémie, les candidats ne se bousculent plus au portillon pour organiser les Jeux olympiques, mais Brisbane, sur la côte est de l’Australie, n’a pas hésité à relever le défi et va être désignée ville-hôte des JO-2032 mercredi à Tokyo.

Pas de suspense, ni de campagne en amont de l’attribution des Jeux olympiques d’été de 2032 et encore moins de cérémonial: et pour cause, dès juin, la commission exécutive du Comité international olympique (CIO) avait accordé le statut de candidature préférentielle à Brisbane.

Même si, depuis, le Qatar d’une part, la Corée du Nord et du Sud d’autre part, ont annoncé qu’ils pourraient être intéressés, il ne manque plus qu’à entériner cette attribution, ce qui sera fait mercredi lors de la session du CIO en présence des 102 membres de l’instance dans un palace de Tokyo.

A Brisbane, cette désignation suscite beaucoup d’optimisme parmi la population et les experts.

“La ville est magnifique, ce serait génial qu’un évènement d’une telle ampleur puisse se dérouler ici”, s’exclame Marium Ammar, originaire du Pakistan, qui s’est installée dans la capitale de l’Etat du Queensland il y a sept ans.

“L’Australie a beaucoup de chance d’être en mesure de pouvoir organiser un si grand évènement, renchérit Judith Mair, experte du secteur touristique à l’université du Queensland. De nombreux pays aimeraient peut-être le faire, mais ne peuvent pas se le permettre économiquement”.

Les JO-2032 pourraient permettre de faire grandir la réputation internationale de Brisbane comme destination touristique, alors qu’elle est considérée par beaucoup de touristes comme une porte d’entrée vers la Grande barrière de corail.

– ‘Où est Brisbane?’ –

“Partout où j’ai voyagé, les gens me demandent +Où est Brisbane ?+, et vous devez sortir une carte pour leur montrer que c’est à une heure de Sydney en avion”, raconte ainsi la présidente du Conseil olympique du Queensland Natalie Cook. “Ca va changer, et c’est très enthousiasmant.”

Le dossier australien est articulé autour des villes de Brisbane (2,3 millions d’habitants) et de Gold Coast qui ont l’énorme avantage de disposer d’infrastructures sportives déjà existantes. Un point fort aux yeux du CIO, déterminé à réduire le montant des factures olympiques, disproportionné ces dernières années comme à Londres pour les JO-2012, Sotchi (Russie) pour les JO-2014 d’hiver et Tokyo en raison du report d’un an à cause de la pandémie de Covid-19.

Gold Coast a ainsi organisé en 2018 les Jeux du Commonwealth, tandis que Brisbane, déjà candidate à l’organisation des JO-1992, revendique 21 sites sportifs mobilisables.

Autre atout, la candidature de Brisbane est portée par la Première ministre du Queensland Annastacia Palaszczuk et soutenue par l’ensemble de l’échiquier politique, dont les conservateurs du gouvernement fédéral.

Avec presque 85% des infrastructures existantes, Brisbane table sur un budget prévisionnel de 4,5 milliards de dollars australiens (2,8 milliards d’euros), bien inférieur aux 13 milliards d’euros dépensés pour les JO de Tokyo.

Millicent Kennelly, maîtresse de conférence en tourisme et en sport à l’université Griffith (Brisbane), tempère toutefois ces prévisions qui doivent être “prises avec des pincettes” au regard de la difficulté récurrente des organisateurs à maintenir les budgets dans les clous.

“Je pense que le fait de prendre en charge un évènement de cette importance autant en avance comporte un risque”, ajoute-t-elle.

“Il y a beaucoup d’incertitudes économiques depuis un certain temps, avec le Covid-19 et le réchauffement climatique. Donc c’est un pari, de ce point de vue-là”, prévient-elle.

 

Share With:
Tags