fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUWAxit : si l’Ouest de l’Australie devenait indépendant ?

WAxit : si l’Ouest de l’Australie devenait indépendant ?

Le WAxit est à nouveau sur la table. Les habitants du Western Australia ont voté en 1933 pour se séparer de l’Australie mais n’en ont finalement pas obtenu l’autorisation. Mais des sondages récents par Utting Research montrent qu’un résident de l’état sur quatre serait favorable à l’indépendance.

Si ce plan, officieusement appelé WAxit, peut paraître fou, il prend tout son sens d’un point de vue économique. C’est la thèse que soutient le journaliste Jason Murphy dans un article pour news.com.au.

Les deux arguments principaux pour la séparation du WA sont les taux de change et les taux d’intérêt. Aujourd’hui, le Western Australia dispose du même taux d’intérêt que la côte Est de l’Australie, mais cela pourrait tout à fait être différent, au bénéfice des deux partis !

L’économie du WA est très différente de celle du reste du pays et l’état n’entretient pas de relations aussi fortes avec les autres états. Les divergences sont importantes quand on considère le taux de chômage, la croissance et le prix de l’immobilier.

Dans ce contexte, une monnaie commune pose problème puisque l’état n’est pas libre de sa politique monétaire et doit s’indexer au dollars australien.

La meilleure comparaison reste celle avec l’Union Européenne. Quand des pays très différents s’unissent sous une monnaie commune, ce sont souvent les plus forts qui en bénéficient aux dépens des plus faibles. L’Allemagne, par exemple, connait un taux de chômage à 3% alors que l’Espagne enregistre 14% de chômeurs. Même si la monnaie commune n’est pas la seule explication, elle contribue aux disparités entre les pays membres. Le même constat est faisable dans le cas du WA.

Une monnaie spécifique permet d’ajuster les taux d’intérêt en fonction de la situation économique. Il faut donc baisser les taux d’intérêt si l’économie est au plus faible et les augmenter si elle est trop forte.

Ces dernières années, le WA a beaucoup souffert des divergences entre sa situation économique et le taux d’intérêt national. Par exemple en 2011, les taux d’intérêt ont beaucoup augmenté suite à l’essor minier et à la forte demande en charbon et en minerai de fer par les puissances étrangères. Mais cette prospérité ne concernait que l’Est du pays. Ainsi, quand la même année les prix immobiliers de WA sont retombés et que l’économie de l’état était en difficulté, les taux d’intérêt étaient trop hauts pour l’Ouest.

Les taux de chômage entre le WA et la Nouvelle Galles du Sud ont presque toujours été à l’exact opposé. En 2008, le WA bénéficiait d’un taux de chômage à 2,3% alors que le NSW enregistrait plus de 5% de chômeurs, soit plus du double. A l’inverse, en 2018, l’Ouest du pays se battait contre un taux à presque 7% contre, 3,5% pour l’état de Sydney. A ces deux époques, les politiques monétaires demandées par les états étaient bien différentes.

Quel nom faudrait-il donner à la monnaie du WA ?

Une question similaire s’est aussi posée pour la Tasmanie dont la monnaie aurait été appelée le Bonnie. Mais quel nom faudrait-il donner à celle du WA ? Certains militent pour le « Swan », mais la majorité semble s’accorder sur le nom « Quokka ». Il y aurait 100 centimes dans un Quokka et un taux de change de 2 dollars australiens pour 1 Quokka, variable en fonction de la situation du minerai de fer dans le WA. Avec un taux de change comme celui-ci, voyager depuis le WA vers un autre état australien paraitrait très peu cher (un peu comme se rendre à Bali aujourd’hui). Mais aller en WA depuis un état sous le dollars australien serait une vraie perte financière.

La TVA est une autre raison pour laquelle le WA pourrait demander son indépendance. Aujourd’hui, l’état reçoit 4,6% de la TVA alors qu’il représente prêt de 10% de la population du pays. La redistribution n’est donc pas équitable.

En se séparant de l’Australie le Western Australia deviendrait le pays avec la plus faible densité de population du monde avec 1 personne par kilomètre carré. Sans l’état, l’Australie ne figurerait même pas dans le top 10 des pays les moins densément peuplés.

Si l’indépendance du Western Australia trouve son lot de justifications économiques, elle est beaucoup plus incertaine quand on considère d’autres facteurs comme les relations internationales et la défense.

 

Produire quotidiennement de l’information pertinente, représente un coût humain, logistique et informatique considérable, dont l’essentiel est financé par la publicité.

Durant cette crise sanitaire et économique, la publicité est en chute libre, notre journal a donc besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer sa mission d’informer quotidiennement des milliers de personnes.   

Nous avons donc décidé de lancer un appel aux contributions.  Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse pour notre avenir.

 


Envie de nous aider autrement? Pourquoi ne pas commander le livre bilingue Collector’s Edition du Courrier Australien?

Sélection des articles les plus emblématiques, des histoires les plus marquantes, ce recueil d’archives est un objet chargé d’histoire, témoin des relations franco-australiennes de 1892 à 1945 (première partie).

Commandez ICI

$
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Information de carte bancaire
Paiement sécurisé par SSL.
Termes

Total du don : $15

Share With: